Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • France-Emmanuelle
  • Vous apporter LA SOLUTION à votre Problème De Couple
  • Vous apporter LA SOLUTION à votre Problème De Couple

Blog France-Emmanuelle

France-Emmanuelle vue sur le Web:

France-Emmanuelle vous informe

Si vous êtes sur mon blog c'est probablement que vous rencontrez un problème au sein de votre couple, vous cherchez une solution ?

30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 06:46

perte_desir_sexuel_feminin.jpgDurant mes séances, il n'est pas rare et même assez courant que les problèmes de couples soient plus ou moins liés à un autre type de problème bien plus spécifique : le problème sexuel. Aujourd'hui, cette première partie "sexo" sera consacrée uniquement aux problèmes sexuels chez la femme, sans omettre la perte du désir qui y est directement et intimement associée.

 

La toute première question à se poser en cas de perte de désir, c'est la suivante : le problème est-il lié au contexte (dans le sens où c'est l'environnement qui influence négativement l'épanouissement sexuel) ou bien le problème est-il lié à la personne concernée (dans le sens où il y aurait un problème sexuel physique ou de santé). Il est en effet important de bien définir la cause afin de mieux répondre au problème, ceci dit il n'est pas impossible que le problème sexuel soit lié à plusieurs facteurs cumulatifs, mais reste avant tout à définir dans ce dernier cas lequel est le principal pour agir efficacement.

 

Nous, les femmes, nous avons au moins toutes un point commun, c'est que généralement la qualité de nos rapports sexuels dépend avant tout de nos relations amoureuses, par conséquent les deux étant reliées elles vont interagir réciproquement. D'un point de vue purement contextuel, voici donc tout ce qui est susceptible de nuire à l'équilibre sexuel chez la femme et ainsi diminuer son désir ou le stopper, voire même l'inverser dans le pire des cas (répulsion):

 

- il n'est visiblement pas assez attentionné, plus d'affection me stimulerait

- nos relations sexuelles manquent de renouveau, la routine s'est installée

- mes problèmes professionnels me préoccupent trop pour penser au sexe

- j'ai des doutes sur la sincérité de notre relation, ma jalousie me ronge

- mon partenaire néglige les préliminaires sexuels, je ne suis pas en phase

- il me demande des actes sexuels dégradants, je me sens mal et humiliée

- mes problèmes de santé nuisent à mes relations sexuelles pour être sereine

- au travail je suis harcelée par un collègue, cela perturbe ma vie sexuelle

- je suis très fatiguée, je n'ai plus d'énergie pour faire l'amour correctement

- mon partenaire ne fait aucun effort pour me faire jouir, il ne pense qu'à lui

- je suis mal depuis que j'ai pris beaucoup poids, je n'accepte plus mon corps

- il devient très violent durant l'acte sexuel et j'angoisse quand le soir arrive

- je ne supporte plus le corps de mon partenaire, surtout son hygiène négligée 

- j'ai très peur de tomber enceinte, même protégée cela me perturbe fortement

- il me trompe avec une autre femme et depuis je ne veux plus qu'il me touche

- un individu m'a violée et depuis je ne peux plus faire l'amour normalement

- je suis devenue handicapée à la suite d'un accident et ma libido est à zéro

- mes problèmes de drogues et d'alcool ont réduit à néant ma vie sexuelle

 

Ces quelques exemples, très concrets et souvent perturbants, voire même terribles, sont issus d'années d'expérience durant mes séances de coaching conjugal et amoureux, ils m'ont permis d'aborder au quotidien une grande diversité de cas qui entravent notablement et durablement une vie sexuelle normale qui devrait être totalement épanouie au sein d'un couple constitué. A chaque problème existe heureusement une solution, même pour les situations les plus difficiles, car l'amour et le sexe sont deux fondamentaux qui se complètent et savent s'harmoniser en se soignant réciproquement. Bien entendu, c'est un très long travail sur soi qu'il faut engager pour évacuer les peurs, les angoisses, les doutes ou tout simplement les problèmes annexes qui perturbent la relation amoureuse et sexuelle.

 

La plupart du temps, c'est en définissant au mieux le contexte général du problème que l'on trouve la meilleure réponse ou plutôt les réponses conjuguées à cette perte du désir féminin ou d'une forte diminution de la libido. En ce qui concerne plus précisément l'orgasme, qui ressemble un peu à une sorte de "Graal sexuel", c'est très certainement l'aboutissement ultime d'une grande jouissance offerte par le partenaire, la preuve qu'il se donne corps et âme pour vous faire du bien au corps chaque femme peut y accéder très différemment, car chaque stimulus agit de façon intime, car chaque corps réagit aussi de manière unique, et surtout, car chacune d'entre nous est différente dans son histoire personnelle vis-à-vis de la perception de relation sexuelle dans sa chair ou de l'expression du vécu de sa relation amoureuse. Corps et cœur sont irrémédiablement liés chez les femmes, c'est bien souvent ce que les hommes ont du mal à comprendre, il ne suffit pas d'offrir un orgasme au corps de la femme pour la satisfaire, il faut aussi lui offrir quelque chose de bien plus précieux, l'infinie jouissance du cœur, c'est ce que l'on appelle l'Amour!

 

"Le désir est désir de l'Autre." Jacques Lacan

 

"Les femmes désirent ce qu'elles aiment, les hommes aiment ce qu'ils désirent." Sacha Guitry

 

"La femme n'est pas en position de désir, elle est en position, bien supérieure, d'objet de désir." Jean Baudrillard

 

Partager cet article
Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 07:08

voyance_probleme_de_couple-copie-2.jpgNos univers conjugaux quotidiens, ceux de nos vies de tous les jours, sont confrontés depuis quelque temps à une forme d'irrationalité naturelle qui envahie doucement (de manière cyclique à l'approche des grandes vacances) nos esprits et nombre de médias, magazines et sites internet de tous horizons, vous vous demandez certainement de quoi je parle exactement bien que vous l'ayez déjà sur le bout de la langue, j'évoque ici bien entendu : "la voyance" !

 

En effet, disons-le sans ambages, cette sourde attraction ésotérique qu'engendre le "phénomène voyance" sur le grand public est une mode de plus en plus suivie, non seulement pour notre plus grand plaisir et divertissement personnel, comme par exemple rechercher ses affinités amoureuses en fonction de son signe astrologique de naissance, ou bien consulter certaines prédictions obtenues (on ne sait trop comment..) pour savoir si son partenaire va, oui ou non, nous tromper et partir pour toujours ou bien rester dans nos bras pour l'éternité !

 

Cette mode du bizarre et de l'irrationnel, sous couvert d'une pseudo science un tant soit peu amusante, permet d'une certaine façon de rassurer aisément grâce à des formules assez simples, mais efficaces. Souvent dictées à l'emporte-pièce, ces "prédictions" ne s'accommodent pas d'une grande logique ou d'analyses bien poussées, elles sont généralement le reflet de nos peurs intimes, de nos petites ou grandes angoisses, celles que notre amour disparaisse ou soit sous une quelconque "emprise extérieure", pour reprendre les termes appropriés dans de tels discours fantasmagoriques.

 

Devons nous avoir quelques inquiétudes, non pas de notre relation amoureuse actuelle, mais plutôt que l'on cherche à nous faire croire que la voyance pourra nous dicter irrémédiablement notre avenir, que ce dernier est déjà figé dans le marbre du destin que l'on veut bien nous dispenser grâce à des facultés extralucides. La réponse est certainement oui : inquiétons-nous surtout que ce troisième "membre invisible" du couple, celui qui se tient pourtant au loin (voire même dans un ailleurs assez flou), lequel pourrait nous imposer ce dictat d'une destinée amoureuse toute tracée, et ainsi interférer radicalement dans la communication habituelle du couple. Ne laissons pas ce privilège à d'autres, des voyants, des inconnus dont nous ne savons rien, "d'y voir plus clair" dans notre relation par on ne sait quel stratagème pouvant pour le coup détruire une relation ou y laisser planer le doute ! 


Non, restons vigilants, personne d'autre que vous (et votre partenaire) ne peut être plus à même d'appréhender pleinement et de comprendre la complexe psychologie de votre couple, ses besoins intimes, la nécessité d'une véritable communication intense et constructive, de cet élan du cœur qui fait que vous formez un duo dont le rythme bat à l'unisson pour ne former qu'un ! Interférer dans cet équilibre, avec des suppositions qui n'ont pas lieu d'être, spéculer sur le doute et l'échec de la relation, aller dans le sens équivoque d'une ambiguïté sournoise ou teintée de fatalisme, tout ceci ne peut que contribuer à la détérioration d'une relation en troublant son positivisme naturel. Ce ménage à trois, couple + "voyant", est donc à proscrire, car la destinée amoureuse n'appartient qu'à ceux qui la construisent jour après jour, nul n'a autorité sur le couple à part lui-même, nul ne peut dicter son avenir puisque celui-ci se construit réciproquement à deux, en forte communion, en saine communication ouverte et claire.

 

Pour autant, ne soyons pas austères, nous avons tous le droit de nous amuser de ces petites prophéties amoureuses, de ces encarts astrologiques dans les magazines, d'ailleurs je vous encourage à les lire, à deux, en couple, afin d'en tirer de saines conclusions en passant par l'humour pour mieux en rire ou en sourire. L'Amour et l'Humour sont deux partenaires indispensables pour souder une relation au long terme, comme le rire est le propre de l'Homme, l'Humour est le doux ciment de la complicité amoureuse pour passer au-dessus des difficultés de la vie, même les plus grands défis sont jalonnés de petites phrases, de maximes ou de citations qui relativisent les obstacles et permettent au couple de prononcer en duo à haute voix ces petites phrases salvatrices et libératrices, pour ensuite se regarder dans les yeux et se dire sans aucun mot : je t'aime.

 

"Tout est mystère dans l'Amour." Jean de La Fontaine

 

"La vie est une aspiration vers l'avenir." Pierre Leroux

 

"Le désir de l'amour engendre l'amour." Tahar Ben Jelloun

 

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 16:23

jalousie_cpnfiance_couple.jpgProblème de couple majeur que celui-ci ! Comment ne plus douter, arriver à réfréner jalousie et ressentiment accumulé pour enfin reconstruire une confiance bien échaudée par une aventure extra-conjugale du conjoint... Évidemment ce ne sera pas facile, mais tout le monde devra jouer le jeu de l'amour jusqu'au bout pour fortifier un édifice quelque peu abîmé par la tempête qui a ravagé les certitudes d'une fidélité à toute épreuve.

 

Dans un premier temps, dressons plus précisément le tableau afin de dégager les grandes lignes de la situation et ainsi de trouver ensuite les meilleures solutions envisageables. Le couple se trouve dans un de ces cas de figure entraînant à la fois une forte jalousie, une terrible interrogation et un ressentiment puissant voire même méchanceté et anéantissement mêlés :

 

- j'ai soudain découvert que mon conjoint me trompait depuis peu...

- mon conjoint m'a avoué une infidélité récente, mais passagère...

- il (elle) me dit en aimer un(e) autre que moi, je suis effondré(e) !

- mon conjoint entretient une autre relation depuis plusieurs années...

- j'ai su qu'il (elle) n'avait pas résisté à la tentation avec un(e) autre !

- mon conjoint me dit qu'il m'aime, mais fait l'amour avec un(e) autre !

 

Comme nous le voyons, les situations ci-dessus sont bien différentes les unes des autres, mais toutes sont extrêmement perturbantes pour la personne trompée et aussi pour le couple qui joue ici son unique joker dans cette "partie de la vie à deux". Notons de suite qu'il faut bien faire la différence entre une situation avouée et une qui est complètement cachée, car la tromperie est alors double dans ce dernier cas... mais ne dit on pas : "faute avouée est à demi pardonnée" (du moins, c'est ce que l'on dit !).

 

Dans tous les cas, il faut déjà clairement que la relation extra-conjugale cesse complètement pour que le couple puisse commencer l'étape suivante de la reconstruction, il n'est en effet pas possible ni admissible de retrouver de bonnes bases sur les sables mouvants d'une infidélité qui perdure ! Certains couples peuvent néanmoins parfaitement "s'acclimater" de situations complexes où les deux conjoints s'accordent sur des passe-droits en matière de sexualité tant que l'amour est préservé, mais pour ne pas nous égarer, nous ne nous attarderons pas aujourd'hui sur cet "arrangement" puisque c'est une exception qui confirme la règle majoritaire, celle de la fidélité, avant tout.

 

Dans le cas précis d'une demande de pardon spontanée et uniquement si le conjoint revient vers vous après avoir évoqué pleinement son "erreur" ou bien sa "faute", vous pouvez alors non seulement vous féliciter de cette situation qui prouve que votre amour a été le plus fort, mais aussi renforcer celui-ci pour avoir réussi à surmonter cette épreuve en toute confiance retrouvée. A vous ensuite de ne plus douter et de ne pas tomber dans la paranoïa que cela recommence un jour... jouez plutôt la jalousie modérée, celle-ci peut alors être revendiquée à juste titre pour rappeler à votre conjoint que vous restez vigilant(e), cela prouvera aussi "de facto" vôtre attachement véritable...

 

Par contre, si c'est vous qui découvrez que l'on vous trompe effrontément, en cachette, avec une ingéniosité perverse... alors là, dans cette situation vous avez le droit de hausser le ton et de demander des explications rapides, complètes et franches. Lorsque tout aura bien été mis à plat, ce sera à vous de voir si votre conjoint persiste et signe ou bien s'il renonce... à vous ou bien à l'autre relation. L'heure du choix et des explications est un cap très difficile à mettre en place et à passer, mais rien ne se fera sans une situation claire. Le pire qu'il puisse arriver c'est l'enlisement ! Que rien n'avance et que la situation se dégrade très lentement jusqu'à graduellement anéantir l'un ou l'autre, voire les deux, ou même les trois ! 

 

Je le dis et le répète dans chacun de mes articles : le couple, ce ciment qui unit deux personnes qui s'aiment, est constitué principalement des ingrédients que sont la confiance, le respect et la communication. La confiance en l'autre, pour ne pas avoir de doutes quant à son engagement véritable, ensuite le respect, pour ne pas utiliser l'autre comme un simple objet de son propre désir égocentrique, mais lui reconnaître sa plénitude en tant qu'individu à part entière et droit à la réciprocité, enfin la communication, pour ne rien cacher d'une situation, même et surtout problématique ou conflictuelle dans le couple, car la clarté des mots écarte au loin les maux et les dissout dans la compréhension.

 

Vous êtes jalouse ou jaloux, basiquement c'est un sentiment humain normal qui peut et doit être assumé de part et d'autre dans le couple, de manière modérée et ouverte, sans excès, avec humour parfois pour souligner que vous êtes "attentionné(e)" par votre relation amoureuse. Ne pas confondre avec la jalousie maladive, celle qui peut au contraire devenir pesante, corrosive et finalement néfaste au couple, car dans une configuration de malaise constant et "d'attente perpétuelle", souvent du pire, qui n'a pas lieu d'être, mais qui pourrait alors s'autoréaliser.

 

En règle générale, les femmes ont un peu plus de mal à pardonner un écart amoureux, mais savent tout de même le faire avec générosité et de manière durable, quant aux hommes, cela leur est plus facile dans un premier temps bien qu'ils restent ensuite un peu sur leur garde, cela se traduit positivement par un réel renouveau d'attention pour leur femme, notamment sexuellement pour montrer qu'ils sont dans la place, dans tous les sens du terme !

Pour terminer cet article, j'écrirai juste une dernière phrase à méditer quand on est en couple : "on récolte toujours ce que l'on s'aime !"

 

"Il y a dans la jalousie plus d'amour-propre que d'amour." La Rochefoucauld

 

"La jalousie est un sentiment qui dérape !" Jérôme Riquier

 

"La jalousie est le tyran du royaume de l'amour." Cervantès


Partager cet article
Repost0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 16:48

confiance_probleme_couple.jpgRetrouver confiance en Amour. Combien de couples me contactent chaque jour pour ce "problème" fondamental dans la relation conjugale !

 

Mais, il faut faire bien attention : sous ce terme très générique de "confiance" se cache une multitude de microproblèmes différents, voire de problèmes majeurs issus du couple ou de chaque partenaire... Alors, décryptons ensemble cette fameuse confiance ou plutôt ce "manque de confiance", cette "perte de confiance", ou ce "défaut de confiance"... et, pour rester positifs : le retour de la confiance en amour, en soi, en son partenaire, en sa relation, en l'avenir ensemble !

 

Déjà, dans un premier temps, définissons exactement ce qu'est "la confiance" pour y voir plus clair dans ce mot néanmoins assez "fourre-tout", lequel est bien pratique pour mieux se cacher derrière et peut-être même ainsi se détourner des véritables problèmes de fond...

 

Qu'est-ce que la confiance ? Une femme dit qu'elle est "en confiance" auprès de son homme quand elle dit :

 

- je peux compter à tout moment sur sa présence et sur son aide

- je me sens aimée, sereine et pleinement rassurée dans ses bras

- il sait me dire les mots qu'il faut, m'écouter et s'expliquer sans tabou

- je me sens plus forte, respectée et parfaitement comprise à ses côtés

- je sais que je compte aussi pour lui, qu'il m'apprécie pour ce que je suis

- il sait me laisser être moi-même, il connaît mon intimité sans en abuser

- il sait me donner de l'espoir quand je suis mal, me faire sourire et rire

- il connaît bien mon corps et sait satisfaire mes fantasmes et mes plaisirs

- son amour dépasse la simple relation physique, il sait me dire "je t'aime"

- je sais que je suis sa femme, je me donne à lui comme lui se donne à moi

- je n'ai pas peur de notre relation qui est ouverte, claire, et responsable

- il sait me surprendre agréablement, anticiper mes désirs et mes angoisses

 

Les femmes sont relativement complexes dans leurs exigences et attentes relationnelles, dans leur "amour forteresse", finalement elles veulent un homme responsable qui les comprend et soit disponible pour "être en confiance" et aimer cet homme rassurant, en d'autres termes un homme qui assure sur tous les plans : un Roi (encore au-dessus du prince charmant !)... Dans l'absolu, tout ceci semble très évident, mais dans la pratique, au quotidien, sur le long terme, il peut y avoir des incompréhensions contextuelles qui rendent les choses plus difficiles à vivre, voire même impossibles à respecter de part et d'autre, car justement, les valeurs et les objectifs féminins ne sont pas totalement similaires à ceux des hommes.

 

Maintenant, qu'est-ce que la confiance pour un homme ? Mais réfléchissons un peu... un homme dit-il qu'il est "en confiance" auprès de sa femme ? NON, il ne le dit pas, n'y pense même pas, pour lui c'est une certitude, car "il a fait le bon choix"... par contre, il dit qu'il "est bien avec sa femme", ce qui est une autre forme de confiance, mais pas la même... Alors justement, quand est-ce qu'un homme est "bien avec sa femme", il l'est effectivement quand il dit ceci :

 

- elle sait qu'elle peut compter sur moi, sur mon intellect et sur ma force

- j'aime son esprit pratique, elle est organisée et sait gérer le quotidien

- je suis bien quand elle veut que je la rassure et la serre fort dans mes bras

- elle est la seule à qui je peux dire en toute franchise : "je t'aime"

- ma femme est fantastique, ensorcelante, tellement sensuelle et agréable,

- j'aime son sourire, sa voix, sa peau, la caresser et lui faire l'amour souvent

- elle sait me combler sexuellement, accéder à toutes mes demandes

- elle rend mon quotidien agréable, me libère des tensions et du stress

- elle me devine, dispose d'un 6ème sens et me connaît mieux que moi-même

- je suis bien avec elle quand elle me prend la main et se laisse embrasser

- je suis bien quand elle me dit : "mon chéri, viens plus près de moi..."

 

Ah, ces hommes ! Quand ils aiment... on doit d'abord s'attendre à ce qu'ils aiment "la femme qui est en nous" pour être en pleine "confiance masculine"... et déjà d'eux-mêmes pour mieux nous aimer. Notez-le bien, mesdames !

 

Comme nous le voyons, la notion de confiance dans son conjoint est relative en fonction de son sexe (ou genre, pour être plus précis). C'est en conjuguant leurs connaissances réciproques, avec le temps, que les deux partenaires peuvent réellement acquérir le savoir-faire pour une pleine reconnaissance de la "confiance dans le couple" qu'ils forment, c'est finalement et uniquement "en apprenant à vivre avec le sexe de l'autre" que l'on apprend comment il pense, ce qu'il veut, ce qu'il aime et donc comment vivre à deux au mieux, une femme avec un homme (pour les hétérosexuels). Vivre avec quelqu'un n'est pas simple en soi, lui faire pleinement confiance encore moins, ne nous voilons pas la face : n'oublions pas que nous sommes tous des égocentriques forcenés en puissance... Apprenons déjà à comprendre le sexe (ou genre) de l'autre avant d'essayer de comprendre plus en avant sa personnalité complexe et orientée sexuellement... Un homme reste un homme et une femme reste une femme, chacun dispose de ses exigences, de ses besoins et de ses contraintes mentales, sexuelles, existentielles, matérielles, etc. N'oubliez jamais cette notion fondamentale que votre partenaire ne pense pas comme vous, même si vous regardez tous les deux dans la même direction vous ne voyez pas toujours la même chose à l'horizon !

 

En conclusion, mettez-vous, le plus souvent possible, à la place de votre partenaire sexué(e), anticipez ses demandes, ses peurs et ses plaisirs. C'est dans cette connaissance progressive de l'être aimé que vous pourrez enrichir votre relation durablement, avec des plaisirs renouvelés et variés, dans une entente et une complicité de plus en plus forte au fil du temps. L'amour, c'est déjà comprendre l'autre, l'accepter et le faire évoluer selon ses capacités et ses désirs. N'essayez pas de changer votre partenaire en le formatant selon votre unique ambition, même avec une bonne volonté c'est aller devant de grandes désillusions, c'est aussi à vous d'accepter ses défauts comme ses qualités, la valeur de l'autre comme ses handicaps. Et comme personne n'est parfait, alors vous aurez la chance fantastique de pouvoir vous compléter et vous aider sur la route, souvent chaotique, de la vie... ici est le véritable bonheur, l'amour complet : partage et don de soi en toute confiance réciproque dans un couple qui sait et qui a le désir d'évoluer, à deux, sans perte d'identité personnelle... bien au contraire.

 

"La confiance ne se réclame pas, elle se gagne." Marc Goldstein

 

"La clef qui ouvre toutes les portes... La confiance." Charlotte Savary

 

"L'amour, c'est le calme et la confiance." Thérèse Tardif

 

"La confiance est un élément majeur : sans elle, aucun projet n'aboutit." Eric Tabarly 

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 17:12

Efidelite_infidelite_resoudre_dissoudre_absoudre.jpgChers lecteurs et lectrices, dans ce troisième opus, assez crucial et consacré à l'infidélité, je vous avais promis des solutions. Ce sera effectivement chose faite quand vous aurez lu l'ensemble de cet article. Mais attention : "âmes sensibles s'abstenir" ! Oui, je préviens d'ores et déjà que les solutions que je vais développer ci-dessous peuvent en choquer certains et certaines dans le sens de la modernité abordée, de l'ouverture d'esprit sur cette "question de la fidélité", et des réponses qui seront clairement évoquées sans paravent...

 

Encore une fois, et je le répète bien ici pour le souligner, je sais, par expérience, qu'il existe non pas une seule sorte de fidélité (ou d'expression de son attachement profond), mais des "options de fidélités" selon les couples, car nous sommes tous différents et avons donc tous des points de vue très différents. Avec ce postulat de départ, nous aurons donc des réponses très diverses, voire opposées ou bien complémentaires. Chacun d'entre vous, seul(e) ou en couple, devra se faire sa propre idée de sa "conception de la fidélité" dans sa relation à l'autre, qu'il ou elle soit conjoint, ami(e) très intime en relation amoureuse, amant ou maîtresse, mariés en couple depuis peu ou bien depuis plusieurs années.

 

Comme vous le constatez, j'avance sur ce terrain de la fidélité avec une certaine prudence, mais aussi avec cette certitude que chacun sait exactement ce qu'il attend de son compagnon ou de sa compagne, que chacun sait exprimer, avec des mots, des gestes, des actions ou même avec ces non-dits, cette volonté et cette attente au cœur de ses actes amoureux, amicaux et relationnels au quotidien. Sachons aussi, que toute relation, qu'elle soit purement sexuelle, érotisée, fantasmée, intellectualisée, simplement très amicale et attractive, vécue au quotidien ou ponctuellement lors de rendez-vous, dispose de son intérêt propre dont vous êtes seul(e) juge et partie, et dont personne n'a le droit, autre que vous-même, de donner un avis positif ou négatif. Pour moi, spécialiste du couple depuis longue date, seule compte l'existence d'une relation, simple ou multiple, complexe ou naturelle, véritablement ressentie, importante pour vous, pour votre équilibre.

 

Encore une fois, le mot juste est ici pleinement à découvert : "équilibre". L'ensemble de nos vies réside dans ce point d'équilibre pour exister sans sombrer, qu'il soit affectif, sexuel, financier, basé sur la liberté d'agir et de penser, sur l'indépendance ou la dépendance, voire l'interdépendance acceptée. Ce mot "équilibre" semble parfait pour en faire l'écho d'une phrase bien plus complète : "La liberté d'un juste équilibre dans le développement de la relation à deux". Apporter quelque chose à l'autre et recevoir en échange. C'est bien la base de la relation, il n'y a pas de relation sans échanges : échanges verbaux, échanges sexuels, échanges amicaux, échanges de potentialités, échanges de savoirs, échanges de douceur ou même des fois d'une certaine "violence contenue et acceptée comme une dynamique, comme une énergie forte", notamment si celle-ci est évidemment constructive et bénéfique (par exemple : certains rapports sexuels ne sont pas toujours doux... certaines conversations intéressantes ne sont pas toujours sans heurts ou sans polémiques soutenues... et aussi : "se faire violence" à soi-même peut être fortement bénéfique pour avancer plus loin et rompre une certaine inertie bien plus négative en soi...).

 

Mais, qui dit très justement "équilibre" ne dit pas platitude, encéphalogramme linéaire, non, au contraire, un équilibre se doit d'être dynamique, mouvant, vivant et capteur d'énergies nouvelles. Dans le couple, c'est exactement la même chose, mais il arrive parfois que l'équilibre ne puisse parfaitement s'effectuer ou bien que celui-ci vacille à un moment de la relation de couple. On parle alors d'une période de remise en question, de possibilités de rupture, d'incertitudes, d'initiatives incertaines d'aller voir ailleurs pour combler ce manque... c'est ici que la fidélité peut aussi être sur la sellette pour aller chercher ailleurs ce que le partenaire ne peut pas ou plus donner dans l'immédiat. Nous voici donc au cœur de notre thème, de retour sur le clavier : l'infidélité, et sa cause première, une rupture d'équilibre, ou comment aller chercher un complément d'équilibre chez une tierce personne.

 

Alors, pour ceux qui ne l'auraient pas remarqué, tout est déjà dit dans le titre... Devons-nous : résoudre, dissoudre ou bien absoudre (j'éclaire sur ce dernier terme : "absoudre" = "plaider non coupable"). Nous avons donc trois types de réponse à l'infidélité, et nous allons les prendre rapidement chacune dans l'ordre.

 

Résoudre : effectivement l'on peut toujours comprendre ce que l'autre cherche et désire, on le connaît si bien... l'on peut toujours compenser le déséquilibre en donnant "plus de soi" à l'autre, en apprenant à aimer encore plus fort et ainsi rattraper une situation potentiellement conflictuelle où l'un des deux "s'est écarté du droit chemin" pour aller voir ailleurs... mais résoudre n'est jamais si simple, il y a certainement d'importantes concessions à faire de part et d'autre, il peut y avoir une grande remise en question de la relation sur de nouveaux horizons , lesquels sont heureusement autant de nouveaux départs positifs pour recentrer le couple sur ses bases initiales en y ajoutant quelques pierres à l'édifice, cet édifice si difficile et long à construire...  La vraie question est ici : faut-il savoir pardonner une infidélité pour renforcer son amour ou bien faut-il tout casser pour recommencer ailleurs ? Être ou ne pas être ? C'est aussi la question pour ce couple, à ce moment précis !

 

Dissoudre : c'est une décision difficile, mais souvent salutaire quand plus rien n'a été possible pour recoller les morceaux du couple, l'infidélité a eu raison de l'édifice, il n'y a pas eu ni pardon ni dialogue, seules : colère, incompréhension et rancœur sont au rendez-vous. Dans ce cas, il est très difficile d'avoir de nouveau un équilibre serein, la chute est inscrite et programmée, il faut maintenant que chacun trouve un nouvel équilibre, ailleurs.

 

Absoudre : plaider "non coupable", cela ne veut pas dire que l'infidélité est résolue, supprimée, ou bien à écarter... sinon pourquoi en faire une troisième solution alternative ! Non, cela veut bien dire que l'on accepte que l'infidélité soit aussi une part dynamique et intime dans son propre couple ! Oui, je vous vois écarquiller les yeux en vous demandant si je suis bien en train de recommander l'infidélité comme moyen de sauver le couple ou bien si je ne cherche pas à banaliser l'acte en l'acceptant comme une solution "normale"... Pourtant, vous avez bien lu.

 

Les couples modernes, qui veulent vivre ensemble une vraie relation et "construire en commun" doivent apprendre que le chemin est long et extrêmement sinueux, que les embûches sont nombreuses, que l'usure des sentiments existe aussi. Il faut aussi reconnaître que l'édifice d'une relation de couple, établie sur la base de nombreuses années de confiance, d'expérience en commun, d'amour tant physique que mental, est une construction fantastique en soi, et prendre la décision de tout casser est certainement la pire et ultime décision à prendre ! Sachons que l'infidélité ne prend source et n'est autre que le produit cumulé de nos désirs, de nos fantasmes et de nos besoins existentiels; si le couple sait ce que recherche le conjoint, il doit alors savoir qu'il doit faire face à ses exigences, les combler amoureusement ou bien laisser le conjoint chercher ce complément d'équilibre ailleurs. Ce n'est pas encourager l'infidélité comme moyen que de l'utiliser au contraire comme remède...

 

Bien des couples heureux ont des liaisons extra-conjugales, connaissent parfaitement la situation qu'ils acceptent pleinement et réciproquement, car ils sont lucides, ils savent aussi vivre avec sans aucun problème, car ils s'aiment vraiment. Bien entendu, cette "ouverture d'esprit et de mœurs" n'est pas du goût de tous ni simple à gérer en réalité... cela est parfaitement compréhensible et normal que l'on ne puisse pas comprendre ce principe qui consiste, très paradoxalement, à savoir partager celui ou celle que l'on aime, c'est pourtant ici l'acte suprême d'amour à offrir. À vous de méditer sur cette facette de l'amour, celle de savoir partager pour mieux garder et renforcer la relation dans la complicité, c'est aussi une confiance poussée à son plus haut sommet, une preuve supplémentaire d'amour !

 

Pour une fois, je ne donnerai pas comme d'habitude de citations en complément de cet article, mais j'attends plutôt de vous une collaboration sous la forme de commentaires constructifs et de témoignages, je vous en remercie d'avance.  Soyez positifs, courtois et modernes dans vos suggestions et réflexions, car elles seront autant de réponses directes aux options sur l'infidélité : faut-il résoudre, dissoudre ou bien absoudre... Vous pouvez aussi bien évidemment me contacter personnellement si vous le préférez.

 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 06:41

infidelite_couple_dispute.jpgAvant de commencer cette deuxième partie, je voulais, très à propos et tout en restant dans le thème, vous remercier, vous tous, nombreux lecteurs et lectrices, pour votre grande fidélité !

 

Justement, pour parler au mieux de ce thème, il faut savoir et bien noter que l'infidélité est doublement, voire même quadruplement difficile à aborder puisqu'elle s'adresse aussi bien aux femmes qu'aux hommes et que certains d'entre vous sont "victimes d'infidélité", ou actuellement qualifiés d'infidèles à juste raison ou sur le point de passer à l'acte... Dans tous les cas, cet article vous intéresse pour en tirer quelques conclusions ou bien savoir à quoi vous en tenir.

 

Posons-nous déjà la ou plutôt les questions importantes pour cerner le problème de plus près :

 

Pourquoi mon conjoint est-il infidèle ?

Qu'ai-je de moins que "l'autre" a ? Ai-je fait une erreur ?

Est-ce à cause de moi ou bien juste une "occasion passagère" ?

Notre couple va-t-il si mal en ce moment ? et je n'ai rien vu venir...

Comment dois-je réagir mentalement, au moins dans l'immédiat ?

Que faire dans une telle situation si déstabilisante ?

Surmonter, patienter ou casser, finalement, quelle décision prendre ?

Quel devenir pour mon couple, quel avenir pour notre relation ?

 

Ajoutons immédiatement que les réponses et même l'orientation des questions diffèrent très singulièrement selon que l'on soit un homme ou une femme. Pourquoi donc ? Tout simplement parce que les hommes ne verront que le Sexe dans l'infidélité de la part de leur partenaire féminine... alors que les femmes y verront d'abord une trahison de couple et une rupture morale avant tout dans le contrat de la relation... D'ailleurs, ici est le juste terme sur lequel nous devons mettre l'accent de suite : le "contrat relationnel" du couple.

 

Chaque couple moderne dispose de règles de vie, de bases préétablies et de préceptes à appliquer. L'ensemble de ce "code de vie à deux" s'écrit patiemment au fur et à mesure que la relation s'épanouit, il faut un certain temps au fil des situations quotidiennes vécues par le couple pour élaborer cette sorte de "contrat relationnel". Ce contrat de vie n'est évidemment pas formellement écrit, néanmoins il est parfaitement défini pour chacun des partenaires, selon l'histoire du couple dans les conversations, dans les messages dits ou même les "non-dits", lesquels sont pourtant parfaitement décryptés des deux côtés. Nous pouvons même certifier qu'il n'existe pas de vraie notion de couple s'il n'y a pas eu cette communication générale de base qui élabore ce "contrat relationnel", sorte de "socle dialectique" ou de ciment qui fait que "ce couple est le vôtre" et non n'importe lequel...

 

Ce sont donc toutes ces spécifications qui caractérisent la relation pleine et entière, ce sont aussi ces petites choses dites, affirmées et acceptées qui permettent une bonne communion de vie à deux tout en restant soi-même. Ce contrat relationnel, issu principalement du dialogue, des actions du couple et de ces décisions prises en commun, tout ceci forme ce que l'on appelle généralement un éventail de compromis acceptables. Il n'y a pas de couple sans compromis, et il n'y a pas de relation sans recoupement d'une zone d'acceptation commune ou de choix convergents clairs et solides. Cet espace d'acceptation commun, c'est "l'entité couple" à part entière et indissociable.

 

Alors, quand l'infidélité arrive soudain, c'est tout ce socle commun qui tremble, ce sont toutes ces certitudes qui vacillent, c'est l'ensemble de l'univers du couple qui semble se fissurer dramatiquement dans ce qu'il y a de plus sensible dans ce ciment conjugal : la perte de confiance en l'autre, on se sent alors littéralement "trompé" ! Car rien n'est plus terrible que de voir des mois, des années ou des décennies de confiance réciproque remise en cause en une fraction de seconde... Nous avons ici un cataclysme qui peut détruire le couple si celui-ci n'a pas su au préalable renforcer sérieusement ses fondations ou bien prévu des issues de secours avec des itinéraires bis de survie !

 

Nous voyons, à ce stade de l'analyse, qu'il est très important de communiquer sur ce thème de la fidélité lorsque le couple se construit, ainsi, comme un vaccin, le corps du couple est immunisé contre les possibles incartades, les infidélités passagères ou éventuelles petites tromperies qui peuvent survenir à tout moment, car, je le rappelle : personne n'est à l'abri d'une pulsion, d'une envie, d'une situation d'infidélité, "errare humanum est" (...l'erreur est humaine).

 

Mais hélas, tous les couples ne disposent pas du vaccin préventif de la communication pour désamorcer une situation d'infidélité. Dans ce cas, la douleur, la frustration et la colère peuvent vite prendre le dessus et rendre encore plus difficile un problème qui justement n'a de solution que dans le dialogue, le rappel que tout ce qui a été vécu ensemble, et finalement sur le nécessaire pardon amoureux... Or, comment pardonner si l'on n'est pas en situation de le faire ou si l'on n'a pas l'attitude appropriée !

 

Bien souvent, les femmes en parlent d'abord à une amie ou bien font appel à un(e) spécialiste du couple pour mieux comprendre et aborder la situation qu'elles jugent affligeante et déroutante, c'est effectivement un bon réflexe si l'on ne sait plus comment faire ou si le mental est trop affaibli ou désorienté pour y faire face seule. En ce qui concerne les hommes, ils ont un tel sentiment de frustration et de colère que bien souvent ils ne veulent pas en parler à autrui et se mettent alors en situation d'enlisement sans pour autant avoir de solution efficace, cette façon d'agir peut hélas détruire la personne, car il n'y a pas d'issu simple ni visible. Dans les deux cas, et j'en ferai mon prochain article (3/3 pour finaliser), nous verrons quelles solutions apporter de part et d'autre afin de résoudre, au mieux et selon les très diverses situations, ce problème de l'infidélité dans le couple.

 

"On pardonne les infidélités, mais on ne les oublie pas." Madame de La Fayette

 

"L'infidélité afflige les femmes en raison du plaisir qu'elle fait à leur rivale." Julie de Lespinasse

 

"On ne brise pas un mariage à cause d'une infidélité. C'est juste le signe que quelque chose d'autre ne va pas." Rob Reiner

 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 12:20

fidelite_infidelite_couple.jpgAvant de nous pencher assidûment sur ce grand thème de l'infidélité et, par contrecoup de la fidélité, il est nécessaire de bien définir le terme pour savoir de quoi nous parlons exactement tant le sujet est complexe et par certains abords peut aussi être très ambigu ou flou dans nos esprits vagabonds. En effet, allons-nous appeler "infidélité" le simple regard appuyé longuement et porté de haut en bas par le conjoint sur les formes séduisantes d'une jolie créature croisée dans la rue... ou bien faut-il passer à l'acte pour véritablement entrer dans le sujet... sans vouloir faire ici un jeu de mots néanmoins assez à propos.

 

Mais avant tout, il serait déjà préférable et nécessaire d'effectuer un petit rappel d'ordre légèrement historique pour nous remettre simplement en mémoire rapidement toute l'évolution des rapports Hommes-Femmes en seulement quelques décennies, non seulement en matière de sexualité puisque les moyens de contraception ont changé radicalement la donne dans ce domaine, mais aussi, et surtout en matière de moeurs, ou, plus précisément et de manière générique en ce qui concerne la notion même de sentiments amoureux, de relation de couple, d'engagement à l'autre, de rapport à la séduction, de notion de bonheur à deux, de fantasmes et de désirs, et évidemment de plaisir(s) et sexualité(s) partagés... Comme nous le voyons, l'ensemble de ces paramètres cruciaux qui forment à eux seuls une multitude de combinaisons psychologiques et de choix personnels de vie, sont autant d'options qui rentreront en compte dans la perception même de la fidélité envers son conjoint, lorsqu'il y en a un bien défini...

 

De même, et très justement nous touchons aussi un deuxième point décisif à mettre en pleine lumière : à notre époque contemporaine, le conjoint ou le (la) partenaire, dispose d'un statut tout aussi mouvant qui ne donne plus autant de place au "pacte sacré du mariage" et de l'engagement durable et total à vie. Alors, dans de telles conditions de renouveau, d'alternance de pensée, de mouvement et d'évolution de la société et des mentalités, faut-il encore concevoir la fidélité comme une valeur phare au risque de paraître désuet ou de passer pour un esprit passéiste ? En d'autres termes, la fidélité est-elle encore une notion de notre époque, pouvons-nous simplement encore "être fidèle" à l'heure de la communication multicanal, d'internet et de ses "moyens d'infidélités" en ligne ? La notion même de couple ne va-t-elle pas vaciller sur son socle dans tout ce désordre et "remue-ménage sociétal" ?

 

Rassurez-vous, à la question "La fidélité et le couple sont-ils aujourd'hui définitivement morts ?", la réponse est bien évidemment non. D'ailleurs, dans la très grande majorité des cas, le couple reste la seule vraie valeur sûre et solide en réponse à l'incertitude de notre époque, à la violence de notre monde, à l'irrationalité, à l'aliénation ambiante et au chaos environnant. Depuis quelques années et après une longue période d'incertitudes, de balancements ainsi que d'errements généralisés prônant une certaine Liberté tous azimuts, le couple revient largement en force comme le moyen le plus efficace pour accéder au développement de soi grâce à l'autre, comme étant aussi la meilleure voie pour partager et vivre pleinement. Alors, l'incertitude concernant le couple étant d'ores et déjà écartée, reste évidemment celle de la fidélité... et l'enjeu est tout aussi important que celui du couple puisque cette notion de fidélité est et reste aussi de nos jours non seulement légitimement une preuve d'amour, mais aussi, ce qui est fondamental pour durer, une grande preuve de confiance en l'autre, car l'amour ne peut pas coexister sans une pleine confiance réciproque dans l'union.

 

Qui dit "fidélité", dit-il forcément renoncer à toutes tentations extérieures, à tous ses fantasmes, à toutes aventures, au sel de la vie, à toutes libertés sexuelles... c'est bien là "La question" et pour y répondre pleinement l'on doit aussi finalement s'interroger sur le "tempérament" de chaque personne et... de celui des deux protagonistes du couple. Selon moi c'est ici le point fondamental qui permet de mieux comprendre si la notion de fidélité est propre à certains plus qu'à d'autres, car je pense que la fidélité s'échelonne sur des niveaux, lesquels sont très différents d'une personne à l'autre, selon l'histoire de chacun, selon la perception à la fois des sentiments et de la sexualité liée à ces sentiments. Par conséquent il y a une multitude de typologies et de confrontations possibles dans les couples, et de plus ces typologies sont elles-mêmes en évolution au fil de la vie personnelle et donc de celle du couple qui en fait la synthèse.

 

Alors, comment faire simple dans des situations aussi complexes, différentes et mouvantes ? Comment aborder la fidélité sereinement dans le couple ou bien gérer l'épreuve de l'infidélité d'un des deux conjoints, voire des deux en même temps... Effectivement, c'est par l'analyse fine et précise des besoins de chacun, de l'attente de chaque individu au sein du couple, et de la capacité de ce même couple à pouvoir parler librement de fidélité, de sentiments et de sexualité. Je pense que la liberté de parole sur ce thème est aussi importante que la notion même de fidélité, car c'est par la parole et la bonne compréhension de ce que représente la fidélité pour lui, que chaque partenaire pourra aborder lucidement et plus clairement, en toute confiance, la possibilité d'une "infidélité passagère" sans destruction du couple. Il faut néanmoins reconnaître que la transparence en matière de fidélité peut aussi être une épreuve et une remise en question du couple, surtout si celui-ci est déjà "établi" depuis de nombreuses années, mais c'est en prévoyant et en acceptant aussi que l'autre puisse avoir des désirs extérieurs légitimes que l'on aborde l'intime et donc que l'on développe encore plus la confiance dans le couple.

 

Personne n'est à l'abri d'une pulsion, d'une envie, d'une tentation en dehors du couple, il faudrait être inhumain pour ne pas y être sensible, votre conjoint aussi doit faire face aux mêmes tentations que vous. Nous verrons plus en détail ensemble sur le prochain article comment réagir face à une infidélité, venant de soi, ou de son conjoint. Rien n'est joué d'avance et souvent c'est ici paradoxalement une grande chance pour le couple que d'y être confronté...

 

"La fidélité, c'est quand l'amour est plus fort que l'instinct." Paul Carvel

 

"Quand on aime, la fidélité n'est guère difficile." Henry de Montherlant

 

"Les liaisons sont des serments tacites que la morale peut désapprouver, mais que l'usage excuse et que la fidélité justifie." Alphonse de Lamartine 

 

Partager cet article
Repost0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 15:32

amour_saint_valentin.jpgS'il y a bien un jour que tous les amoureux de la Terre attendent avec une certaine impatience, voire une palpable excitation, c'est bien celui de la Saint-Valentin ! A la fois fête officielle inscrite au calendrier et apparemment très sympathique rituel amoureux, ce jour marque avant tout d'une pierre blanche l'intérêt que l'on porte en particulier à quelqu'un qui compte dans sa vie... soit en terme de simple amitié ou d'amitié plus intime, mais plus généralement selon une orientation amoureuse ouverte et parfaitement déclarée, déjà bien en place et établie.

Depuis quelques années le "phénomène Saint-Valentin" s'est toutefois un peu plus construit autour d'un concept assez commercial, où il fait bon ton d'acheter chocolats, lingerie et autres grands bouquets de roses à sa dulcinée, c'est du moins ce que les publicités auraient fortement tendance à nous imposer assez radicalement, faute de quoi, messieurs, vous passerez irrémédiablement pour de vulgaires rustres sans éducation. En ce qui concerne madame, après avoir reçu le cadeau rituel, l'offrande à l'amour, la petite chose qui fera frémir (voire même gémir de plaisir) lorsque l'on recevra, yeux dans les yeux, oui alors seulement à cet instant, madame sera tout aise à se laisser pleinement courtisée jusqu'à la nuit venue, durant laquelle elle saura aussi, de manière éperdue, s'offrir tout entière à l'homme de sa vie...

Que de stéréotypes ici ! Mais il en va ainsi des rituels amoureux, à l'instar des danses et autres simagrées de certains animaux, l'Homme n'est finalement pas si différent d'eux lorsqu'il doit asseoir ses préférences sexuelles sur le socle de traditions ou de journée dédiées... La Saint-Valentin n'est donc ici qu'une occasion supplémentaire, visiblement officialisée, de déclarer une fois de plus sa flamme pour "passer à l'acte".

Mais ne soyons trop critiques, la Saint-Valentin n'est pas qu'une mascarade orchestrée savamment en vue de copuler généreusement, ni une journée où chacun se doit de trouver l'alter ego amoureux au risque de se retrouver au banc d'une société organisée autour du couple, que nenni : la "Fête des amoureux" est aussi, d'une certaine façon, celles de toutes les infidélités !

En effet, combien de couples vivent simultanément en cette même journée "deux Saint-Valentins" ? L'une officielle avec le conjoint, et l'autre avec la maîtresse ou avec l'amant, voire avec celui ou celle désiré(e) pour une relation se voulant ultérieurement plus intime... Oui, n'oublions pas que cette journée est la porte ouverte à une certaine exaltation, celle qui permet à celles et ceux qui ne l'auraient pas encore fait, d'aller plus loin encore, de passer le cap en étant dans la complète démonstration amoureuse, de dévoiler des plans sur la comète, d'envisager un engagement ou une rupture au profit de l'un ou de l'autre. En quelque sorte, une journée décisive de choix.

Aborder ainsi la "Fête des amoureux" sous l'angle de la Fête des déclarations et des engagements, donne une nouvelle orientation qui implique plus fortement les protagonistes. La Saint-Valentin peut alors devenir le théâtre tragique de situations conflictuelles et de souffrances si les engagements ne sont pas réciproques ou si les valeurs ne se rencontrent pas au niveau escompté, en deux mots : "ne sont pas au rendez-vous". De même, que dire lorsque l'amant ou la maitresse se révèlent d'une importance telle que le couple légitime doit en subir des conséquences souvent lourdes pour la pérennité de la relation conjugale. Ainsi, il n'est pas rare de voir des ruptures en pleine Saint-Valentin, là où l'on s'attendait à consolider le couple sur ses bases. Il en va inversement de même de ces relations dites adultères qui peuvent aussi péricliter rapidement et s'achever dans la même journée, au profit du couple légitime.

Et que dire de ces célibataires, hommes ou femmes, qui profitent de la bonne occasion, de ce jour fatidique pour déclarer tout leur amour et se voir refuser la rencontre tant attendue... ici aussi la Saint-Valentin engage le "pronostique vital amoureux" plus que tout autre jour de l'année ! Par conséquent, attention à cette assez sournoise fête des amoureux, qu'elle ne se transforme pas en fête des éconduits, des tristes esseulé(e)s, des amours et illusions en pleine perdition.

Un homme de talent disait avec justesse que "L'Amour est un sujet trop sérieux pour qu'on en parle à la légère", mais néanmoins, prenons le jour de la Saint-Valentin avec une certaine légèreté afin de ne pas en être ni déçu(e) ni trop en attendre, soyons ou plutôt essayons d'être raisonnables avec cette fameuse "journée de l'amour" pour en faire avant tout une journée de paix et de joie. Dans tous les cas, que vous soyez seul(e), accompagné(e), déjà en couple, ou bien "encore plus", je vous souhaite personnellement une très Bonne Fête de la Saint-Valentin !

"Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle." Maurice Maeterlinck

"Je l'aime trop pour en être jaloux. J'ai pris le parti d'en être fier." Pierre Choderlos de Laclos

"Le monde a soif d'amour : tu viendras l'apaiser." Arthur Rimbaud

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 08:19

relation_extra_conjugale_marie_vous-l_aimez.jpg

On dit souvent que "L'Amour est aveugle". Il est des situations dans la vie des hommes et des femmes qui semblent, dans ce sens, transgresser toutes sortes de logiques, toutes barrières et dépasser les plus grands abîmes pour exister ou vouloir perdurer pour vivre encore plus fort. Il en est ainsi des amours interdits ou des relations amoureuses qui font appel à nos plus profondes aspirations, à nos énergies vitales, à l'ensemble de nos ressources humaines et surtout à nos représentations intimes de la passion et de l'amour ultime, ces représentations que nous avons souvent construites durant l'enfance.

 

En quelques mots puissants je résume ici la ou les relations que nous avons tous un jour vécues au moins une fois pour nous en souvenir à tout jamais, cette relation qui nous fait courir d'un pays à l'autre en pleine nuit s'il le faut pour retrouver la personne aimée, la puissance de ce feu qui brûle en nous mais qui peut parfois aussi nous dévaster de l'intérieur au moindre faux pas de l'autre, de celui ou celle qui compte le plus au monde, dans l'instant comme dans l'éternité, et nous le pensons alors, pour toujours.

 

La situation amoureuse la plus fréquente, mais pourtant existentiellement la plus problématique que je rencontre durant mon activité professionnelle, c'est bien celle de l'amour extra-conjugal ! Une femme qui aime à la passion un homme déjà marié, ou bien un homme courtisant sans relâche une femme déjà en couple afin d'en faire sa maîtresse... Non, ce n'est pas une situation atypique de roman ni de pièce de théâtre, ce type de relation extra-conjugale est l'une des plus communes qui soient et aussi des plus humaines depuis l'aube des temps ! Même la bible ou d'autres livres sacrés y portent une attention toute particulière comme le 9ème commandement, l'un des plus connus de tous : "tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain". Notons d'ailleurs que la bible ne fait pas dans la parité avec un "tu ne convoiteras pas l'homme...", mais ne faisons ici pas d'inutiles polémiques.

 

Qu'en est-il de ce type de relation complexe ? Une femme aime un homme déjà marié. Celui-ci se laisse séduire par les charmes de la femme en dehors de son mariage ou de sa relation de couple stable. Bien souvent, les hommes trouvent tout à fait normal de "compléter" leur sexualité à l'extérieur du couple sans qu'ils y voient une faute ou des "conséquences", cela les gêne beaucoup moins que les femmes qui n'ont pas du tout la même perception de cette relation extra-conjugale, ni les mêmes raisons... Mais justement, que va chercher un homme déjà marié dans ce type de relation avec une maîtresse:

 

- un bon dépaysement en dehors de son couple légitime

- un excellent complément sexuel, mais purement d'appoint

- une aventure qui peut s'arrêter sans conséquence pour lui

- l'affirmation de sa masculinité pour se sentir plus confiant

- un exutoire pratique pour s'exercer à certaines perversités

- un test en dehors de son couple, pour mieux le renforcer

 

Comme nous le voyons, la maîtresse n'a pas forcément le rôle ou l'importance qu'elle pense en s'attachant à un homme marié, pourtant son amour inconditionnel pour lui la rend généralement complètement aveugle des réelles préoccupations du monsieur, lequel n'a rien à perdre puisqu'il a déjà l'amour bien au chaud chez lui dans son lit légitime... Et ceci est évidemment source des plus grands maux pour les femmes qui jouent les maitresses car elles n'ont pas du tout la même chose en tête en côtoyant cet homme marié, voyons justement ce que, paradoxalement, elles recherchent dans ce type de relation :

 

- un homme différent, attentionné, qui les comprend enfin !

- un homme qui ne s'occupe que d'elles, quand il est présent...

- tout simplement l'amour ! mais celui qu'une autre possède déjà...

- un homme d'expérience, passionné et stable en même temps

- une relation sexuelle forte, non conformiste, enfin non routinière

- un homme qui puisse montrer son amour, en quittant sa femme...

 

En y regardant de plus près et en comparant, je le souligne par expérience : les femmes (maîtresses) sont bien plus cérébrales et dans une vraie relation passionnée, dans la vision d'un grand amour en l'état, dans l'attente du regard ultime et de l'attention du désir, par contre les hommes n'y voient que des avantages (mais "en nature"...) : une femme docile, objet sexuel de substitution, dépendante d'abord de leurs souhaits masculins, disponible uniquement selon l'emploi du temps de l'homme (ou plutôt du couple légitime...). Bien entendu les hommes mariés qui ont une maîtresse sauront parfaitement faire croire que leur relation est basée sur l'Amour, ils n'auront d'ailleurs pas de mal à le faire croire tant la maîtresse est en attente et demandeuse, mais hélas, le plus souvent il n'en est rien, sauf s'ils quittent effectivement leurs femmes très rapidement dès la première rencontre, ce qui reste exceptionnellement rare !

 

Par contre, ils seront dans le vrai et ne mentiront pas quand ils diront que leur "relation compte", en effet cette relation avec leur maîtresse compte, car elle leur apporte la certitude de ne jamais être en manque de sexe, et cela compte effectivement beaucoup pour un homme ! Mais ne soyons pas si misogyne et négative, au contraire rétablissons un juste équilibre : l'inverse est vrai aussi, car un homme qui est en position d'amant face à une femme mariée se retrouve exactement dans la même position d'inférieure dépendance et d'attente répétée...

 

Maintenant, que conclure de tout ceci, et le faut-il ? Sinon que ces relations sont toujours très fortes, d'un côté comme de l'autre "elles consument", basées principalement sur le sexe ou sur une certaine vision de l'amour et de la "dépendance amoureuse", la relation extra-conjugale n'en demeure pas moins un fait de société très largement suivi, en France l'on peut même dire avec humour que ce type de relation est un sport national. Maintenant, reste aussi une très grande souffrance qui peut résulter de telles pratiques amoureuses, ces souffrances sont réelles chez ces maîtresses et amants dans l'attente d'une vie plus partagée, plus équitable, plus réciproque aussi et complète, comme celle d'un véritable couple... ce n'est généralement pas le cas et c'est ici le terrible talon d'Achille de ces comportements extra-conjugaux, lesquels peuvent détruire des familles entières, mais aussi réduire la vie de femmes et d'hommes durant de longues années à une seule attente qui n'en finit plus ou alors à un soudain abandon qui arrive sans prévenir... L'Amour sait être fort, mais il peut aussi être destructeur justement à cause de sa puissance. Alors un conseil : soyez dans le vrai, dans le dialogue, dans le rapport de force équitable, dans la sexualité épanouie et choisie, ne soyez pas dans la souffrance d'une attente qui ressemble à un abandon répété. Vous aussi, passez du statut de maîtresse ou d'amant en trouvant la bonne personne, celle qui vous traitera chaque jour comme un individu "à part entière", comme son véritable et unique amour, c'est bien ce que nous recherchons tous, et des fois il n'est pas si éloigné !

 

"On dit à sa maîtresse qu'elle est unique... ça ne lui suffit pas ! il faut qu'elle se croit seule !" Jérôme Touzalin

 

"Bien des gens n'épousent pas leur maîtresse pour n'avoir pas à en chercher une autre." Jean-Louis Forain

 

"C'est une immense preuve d'infériorité chez un homme que de ne pas savoir faire de sa femme sa maîtresse." Honoré de Balzac 

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 16:50

surmonter_epreuve_resilience_couple.jpgTout au cours de notre vie nous avons régulièrement des épreuves à surmonter, qu'elles soient légères ou bien plus lourdes, ces épreuves nous entraînent la plupart du temps sur des terrains difficiles qu'il faut dépasser afin d'aller de l'avant et continuer notre chemin. Cette capacité de dépassement de soi face à l'adversité s'appelle la résilience.

 

J'ai pensé qu'il était important de donner quelques informations sur ce potentiel que nous détenons tous, celui qui fait que nous ne sombrons pas lorsqu'un problème grave arrive, celui qui nous fait "prendre le choc" dans un premier temps, puis analyser les moyens de "prendre en charge" ce problème pour ensuite "prendre une résolution" ou, du moins, dépasser le problème pour qu'il n'en soit plus un. Evidemment il existe une multitude de graves problèmes auxquels nous sommes tous, plus ou moins, confrontés un jour.

 

Certains me diront : "oui mais il y a des problèmes que l'on ne peut pas surmonter". A cela je répondrais de suite : c'est faux. Mais tout dépend effectivement du sens que l'on donne au terme "surmonter", lequel doit être mieux défini car il regroupe plusieurs finalités différentes.

 

Surmonter un problème c'est avant tout le désactiver, soit en le résolvant complètement, soit en le rendant moins problématique, soit en le contournant afin qu'il n'atteigne plus sa cible, c'est à dire qu'il ne vous atteigne plus. Mais hélas, et plus généralement les "vrais problèmes graves" ne se résolvent ni complètement ni d'un claquement de doigts, ce serait trop simple... il faut souvent user de beaucoup de temps et d'énergie pour résoudre certains problèmes. En ce qui concerne l'atténuation d'un problème, cela relève avant tout de la personnalité de chaque individu et de sa capacité à relativiser la situation problématique, ici aussi, et même si cela reste moins visible, il faut disposer de beaucoup d'énergie intellectuelle pour savoir relativiser et mettre en place un "dispositif de défense personnelle", à la limite cet état de défense qui relativise pourrait s'apparenter à une certaine forme de "sagesse"... mais étant donné que nous ne sommes pas tous sages, il nous restent la troisième solution, celle de l'échappatoire, de la fuite ou du contournement... non, rassurez-vous ce n'est pas la solution des lâches mais celle qui permet de temporiser salutairement une situation difficile pour mieux l'appréhender en temps voulu et finalement s'y confronter tout de même sur la longueur, ici cela ressemble plus à une forme de "dilution" du problème.

 

Dans le cadre du couple, les problématiques peuvent être assez nombreuses, tant par les formes qu'elles peuvent prendre que par les fréquences qu'elles peuvent engendrer chaque jour, puisque la confrontation au quotidien de deux individus (qui pourtant s'aiment) n'est jamais une aventure ni simple ni si facile à vivre, n'oublions pas que chacun dispose de son terrible ego, lequel n'est pas toujours en phase avec celui du partenaire, sinon la situation serait parfaitement idyllique ou divinement paradisiaque... ne rêvons pas, vivre en couple est une épreuve presque métaphysique qui nous interroge à chaque instant !

 

Mais qu'en est-il exactement du potentiel du couple face à l'adversité ? L'amour est-il plus fort "à deux" contre les vicissitudes du monde ? Sommes-nous forcément mieux armés avec un(e) partenaire pour affronter les difficultés de la vie ? Ces questions sont fondamentales d'abord pour la bonne marche du couple mais aussi implicitement pour la bonne santé mentale de chacun... En effet, cela implique logiquement notre profonde intentionnalité d'être en couple afin d'y gagner en force, en intelligence et en sérénité. Par conséquent la réponse à ces questions ne peut être que oui. Oui, le couple est plus fort que l'individu isolé, oui le couple résiste mieux aux problématiques de notre monde moderne et sait y réagir avec une résilience plus affirmée. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il peut appréhender toutes les situations en les confrontant dans le cadre d'un échange, et que cette communication n'est autre qu'une forme de communion en réaction aux problèmes extérieurs, une sorte d'armure protectrice que le dialogue conjugal sait construire pour mieux comprendre son environnement et se projeter sur l'avenir... et comme on le sait : prévoir c'est savoir, prévoir c'est gouverner, ici le couple gouverne sa propre destinée.

 

Le plus grand des problèmes reste néanmoins la séparation. Si le couple se désunit, alors la perte de tous ces avantages peut aboutir à une forte interrogation personnelle sur des choix fondamentaux, sur le vivre en société, sur la vision du monde, sur l'estime de soi, sur sa propre sexualité, sur l'amour et même sur l'intérêt ou l'envie d'exister... c'est ce que l'on appelle communément la dépression, un terme parfaitement imagé, l'individu devient comme un vieux pneu dégonflé, sans aucune pression, aucune résistance, aucun désir. C'est ici que l'on perçoit la force de résilience d'un couple quand celui-ci justement n'existe plus, l'individu se retrouve alors seul face à toutes ses responsabilités, à l'ensemble de ses doutes, à toutes ses faiblesses et imperfections. Mais heureusement l'individu dispose aussi de sa propre capacité à se reconstruire, la résilience personnelle passe souvent par une étape de recentrage nécessaire sur son propre Ego, tout n'est alors qu'une question de temps pour recouvrer pleinement ses facultés, voire pour reconstruire le couple... avec le soutien professionnel d'un(e) spécialiste.

 

"La résilience, c'est l'art de naviguer dans les torrents." Boris Cyrulnik

 

"il existe une zone de flou artistique entre le célibat dépressif et le mariage ennuyeux : baptisons-la bonheur." Frédéric Beigbeder

 

"L'homme progresse tant qu'il accepte les épreuves." Anthony Lipsey 

 

Partager cet article
Repost0